EAU-FORTE : curiosités gravées

Mes estampes sont des traces de l’effet persistant de petites choses aperçues ou imaginées : gravées, capturées en une reconstruction méticuleuse, dans la planche de métal, puis imprimées à l'encre grasse sur papier.

J'ai toujours eu un attrait pour l'univers des planches d'Histoire Naturelle, qui m'a engagée à explorer l'eau-forte notamment, éprouvant avec bonheur les différentes contraintes offertes par le matériau gravé.

Le métal, par morsures et incisions, répond à ce désir de représenter avec des détails précis, des textures minutieuses.

Dans mes images reste cette attention au réel, à ses détails, textures et matières, mais il n'est pas seulement question de description minutieuse du monde tel qu'il est : il y a toujours un pas de côté, parfois un trouble, une inquiétude de la raison, une ouverture aux possibles de l'imaginaire et à d'énigmatiques relations entre êtres vivants.


 vola-t'il?, eau-forte 2011
 

" Dans [...] Vola-t'il? ou Figures, Iris Miranda nous propose de résoudre une forme d'énigme, chaque élément de sa composition émettant une forme de proposition, à laquelle doivent répondre les autres éléments. Comme toutes les solutions sont également vraies ou fausses, c'est à un dialogue sans fin que nous invitent ces oeuvres."

Extrait d'un article dans Le Petit Journal de Xavier Malbreil, écrivain et critique d'art.


figures, eau-forte, 2011
 

d'oeil, eau-forte 2011
 

hommage à Dürer, eau-forte 2011
 

les acousmies d'Iphigénie, eau-forte 2011
 

poussées, eau-forte 2011
 

fable, eau-forte 2012

mirage, eau-forte 2011


sans titre, eau-forte 2011


sans titre, eau-forte 2011



dialogue équivoque, eau-forte 2012

continuum, eau-forte 2011
quiproquo, eau-forte 2011
manipulation, eau-forte 2011